Vous êtes ici

John Chamberlain

John Chamberlain, Gondola Charles Olson, 1982, bemalter und chromierter Stahl
John Chamberlain, Gondola Charles Olson, 1982, bemalter und chromierter Stahl
  • John Chamberlain, Gondola Charles Olson, 1982, bemalter und chromierter Stahl
  • Chamberlain in Paris | January 18 - May 9, 2020 | Installation view #1
  • Chamberlain in Paris | January 18 - May 9, 2020 | Installation view #2 | Gondola Charles Olson, 1982 (detail)
  • Chamberlain in Paris | January 18 - May 9, 2020 | Installation view #3
  • Chamberlain in Paris | January 18 - May 9, 2020 | Installation view #4
  • Chamberlain in Paris | January 18 - May 9, 2020 | Installation view #5
  • Chamberlain in Paris | January 18 - May 9, 2020 | Installation view #6
  • Chamberlain in Paris | January 18 - May 9, 2020 | Installation view #7
  • Chamberlain in Paris | January 18 - May 9, 2020 | Installation view #8 | Ramfeezled Shiggers, 1991
  • Chamberlain in Paris | January 18 - May 9, 2020 | Installation view #8 | Ramfeezled Shiggers, 1991 (detail)
  • Chamberlain in Paris | January 18 - May 9, 2020 | Installation view #9
GALERIE KARSTEN GREVE PARIS

Chamberlain in Paris
18 janvier - 9 mai 2020

Vernissage samedi, 18 janvier 2020, 18 h - 20 h
 
L'exposition présente une sélection de pièces réalisées entre le milieu des années 60 et le début des années 90 : des sculptures, qui lui ont valu une grande renommée au début des années 60, mais aussi des collages, des monotypes et des photographies.
Artiste d'avant-garde, Chamberlain dit que c'est grâce à des poètes comme Robert Creeley, Robert Duncan - et surtout son professeur Charles Olson au Black Mountain College - qu'il a appris à " voir les mots ", à les manœuvrer, à les extraire puis à les réassembler en une sorte de collage. Il aborde la sculpture selon les mêmes principes associatifs, en juxtaposant des fragments d'objets hétéroclites. Il utilisait de vieilles carcasses de voitures abandonnées, abondantes en effet dans les arrière-cours américaines des années 1950, et y ramassait de la ferraille qu'il emboîtait, froissait, défait, pliait et redressait jusqu'à obtenir une pièce sculpturale. Ce genre d'expressivité doit être considéré dans le contexte de ce que les artistes vivaient aux États-Unis pendant la période de l'après-guerre - ce qui signifie que la relation intense entre les matériaux et la façon dont ils étaient transformés était essentielle. Par compression ou extension, le mouvement est omniprésent dans ses sculptures ainsi que dans son approche photographique.
Grâce à l'appareil photo panoramique Widelux qu'il a commencé à utiliser en 1977, la forme et la lumière peuvent être étendues dans l'espace et le temps. Dans ses photographies, ainsi que dans ses collages et monotypes, Chamberlain prend des libertés avec l'expression picturale, sans se soucier des principes de gravité et de verticalité.
Il applique donc le même principe à tout médium : " commencez par observer la forme et voyez ce qu'elle donne ".
 

 
 
 
© 2019 Galerie Karsten Greve: Tous les droits sont réservés.  |  Information légale | Politique de confidentialité
Inscrivez-vous à la newsletter

Find Us on FacebookFind Us on InstagramFind Us on PinterestFind Us on YouTube

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer